Appreciative Inquiry

Appreciative Inquiry,Strength Based Approach,Psychologie positive,David Cooperrider,FlowPartir de l’hypothèse que toute organisation humaine, le monde dans lequel nous vivons, notre pays, notre ville, notre entreprise ou la tribu dans laquelle nous évoluons obéissent à des règles qui dépassent le cadre formel d’une matrice mathématique …

Que dans ces « socio-systèmes » l’histoire vécue est en permanence co-écrite et qu’elle peut même être poétique

Et l’aventure qui consiste à aller à la découverte de cette histoire, de notre histoire, parle d’un champ infini d’inspiration et d’apprentissages

 Que la réalité que nous voyons n’a rien d’objectif parce que nos yeux la colorient.

Qu’elle est en permanence reconstruite par les acteurs en présence au regard de leur vision du monde (évoqué ici).

Allons un pas plus loin et prenons comme autres hypothèses …

Que questionner c’est déjà accueillir voire provoquer le changement.

Que l’on a une extraordinaire capacité à imaginer le futur et parce que l’on a cette vision, elle devient agissante, dès maintenant, là où nous nous trouvons.

Qu’il est beaucoup plus utile et efficace de questionner et de se questionner sur ce qui a fonctionné pour nous, ce que nous avons fait de bien, pour avancer sur le « comment l’on pourrait faire encore mieux » …

Prenant sa source dans le courant de la psychologie positive, l’Appreciative Inquiry est une «Strength Based Approach », une approche qui bâtit sur nos forces.

Elle nous incite à aller explorer, comme un ethnologue le ferait pour se rapprocher d’un nouveau peuple (évoqué ici), cette partie de nous même que nous avions laissée de côté.

Elle nous apprend à poser également notre regard sur ce qu’il y a de meilleur en l'autre et en nous-mêmes. 

Cette approche*, qui fait partie du courant de la psychologie positive**, trouve aujourd’hui de multiples applications au niveau des personnes (évoqué ici), des organisations (évoqué ici), de l’entreprise elle-même, en tant que système et du pays où nous nous trouvons…

La prochaine conférence, la 2009’ World Appreciative Inquiry Conference, Creating a Positive Revolution for Sustainable Change se tient du 16 au 19 novembre, à Katmandu (Népal) … aux pieds de l’Himalaya www.2009worldaiconference.org



_________________________________


*Pour aller plus loin sur l’ « AI »

Le profil de David Cooperrider, à l’origine de l’Appreciative Inquiry 
Un centre de ressources intéressant


**Pour découvrir la psychologie positive :

Une vidéo de Martin Seligman, psychologue comportementaliste à la base de cette approche qui pose la démarche de la psychologie positive en expliquant combien il est utile et sain de considérer le « talent » de la personne qui nous fait face autant que toutes les pathologies dont on l’aura affublée, qu’il est aussi intéressant de l’aider à construire de belles choses que de réparer le pire, que l’on peut être aussi concerné par ses forces que par ses faiblesses …

Mihaly Csikszentmihalyié (profil), considéré comme le plus grand chercheur au monde en psychologie positive, nous propose ce très beau livre, entre autres ... 

« Flow: The Psychology of Optimal Experience » (en français, Vivre : La psychologie du bonheur).



Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Appreciative Inquiry   Strength Based Approach   Psychologie positive   David Cooperrider   Flow 

Commentaire(s) :

1. Par khatia le 06/11/2009

Quelle belle introduction, Wadih, à cette approche encore peu répandue en France qu’est l’Appreciative Inquiry !

Ce que j’entends aussi assez souvent, c’est qu’elle est plus de l’ordre du rêve, presque du ‘monde des bisounours, où tout est beau et gentil mais tellement loin de la réalité’…

Je pense la remarque intéressante car elle permet peut-être de rétablir un certain équilibre ; l’appreciative inquiry incite, entre autres, à trouver un autre angle de vue, et propose à chacun de décider ce sur quoi il veut se concentrer : la moitié pleine du verre ou/et sa moitié vide tout en sachant que l’une existe grâce à l’autre! Il s’agit alors de partir de nos succès, passés ou présents, ceux dont nous sommes fiers et auxquels nous avons personnellement contribué, afin de trouver l’énergie (bien utile!) pour envisager et bâtir concrètement un lendemain meilleur.

Et si ici et maintenant, je prenais quelques instants pour me retourner et regarder ce dont je suis fier, ce que je considère comme mes réussites à moi… et si ici et maintenant je m’autorisais à imaginer ce que pourrait être mon futur, un futur encore meilleur ?

Et si je pouvais dessiner un pont, entre ces deux réponses pour que la traversée se fasse le plus en alignement avec mes valeurs, avec mon identité, avec moi-même?

Et si l’appreciative inquiry était ‘juste’ un outil simple pour rendre ce pont réel et me permettre d’arriver de l’autre côté en appréciant la traversée, avec plaisir?...


*********

Nasr Eddin et un de ses amis sont assis un soir au bord du lac d'Akshéhir. L'homme a déjà entendu le Hodja soutenir bon nombre de paradoxes et même d'inepties et il commence à en avoir assez :
— Enfin, Nasr Eddin, tu exagères! La réalité existe, tout de même
— Certes, concède le Hodja, mais elle est très relative...
— Du tout, elle est absolue!
— Donne-moi un exemple d'une telle réalité, insiste Nasr Eddin.
— Eh bien, je ne sais pas... Tiens, tu ne vas quand même pas prétendre qu'on pourrait mettre toute l'eau de ce lac immense dans un seau!
— Eh bien, si, justement! Cela dépend de la taille du seau…

*********

…Notre cher Hodja, idiot ou avant-gardiste?...
2. Par Wadih le 06/11/2009

Merci Khatia,

Oui, l’approche est belle. Elle parle d’un joli chemin à faire, un chemin qui prend du temps, le temps d’une révolution. Se retourner sur soi, sous l’angle d’un regard qui va chercher la beauté.

Habitués que nous sommes à aller fouiller dans nos lacunes et nos failles puisque c’est souvent le seul regard que l’on nous a appris ou permis. Accepter de laisser de la place à cette subjectivité-là, pleine de lumière …

Ca m’amuse de te lire évoquer le monde des bisounours … Et pourquoi pas d’ailleurs. Le monde de l’enfance c’est le temps des conquêtes, des essais, où tout est neuf, à découvrir. C’est le temps des apprentissages. Ça doit être le moment de la vie où notre vision du monde n’arrête pas de se transformer, c’est le temps de tous les possibles.

Tes « ponts » me parlent, c’est I. Newton qui nous enjoignait de cesser de construire des murs pour nous mettre à bâtir des ponts … Oui, je peux comprendre que la beauté émerge de la relation.

C’est amusant que tu évoques NasrEddin, c’est un personnage qui m’est familier, on me racontait ses histoires quand j’étais enfant, à Beyrouth et je l’ai croisé dans quelques-unes de mes ballades en Mongolie, en Ouzbékistan, ou encore en Turquie … Oui, ce personnage est particulier, par ces anecdotes il ouvre notre champ de perception en prenant divers attributs, tantôt sage populaire, tantôt bouffon, c’est aussi le fou du roi …

J’apprécie aussi la forme de ton commentaire il est très « appréciative » ;-)

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.