Féminin, masculin …

 Enfant-IC-Feminin-Masculin

En accompagnement, nous intervenons avec l’intention de poser les mots justes, là où il faut. Nous agissons aussi avec la volonté de permettre à nouveau le mouvement … Laisser l’autre reprendre contact avec cette énergie qui circule, en lui. Permettre aussi à cette énergie d’émerger en pleine lumière.

 

Et tout en l’accompagnant, l’amener à disqualifier, par lui-même, ses conduites souffrantes et en faisant cela, œuvrer en permanence pour le remettre en contact avec ses désirs profonds.

 

Ces désirs qui « tiennent » la barque et lui permettent de voguer à certains moments sur une eau sans vagues et à d’autres dans une mer déchainée. Désirs qui peuvent maintenir sa souffrance ou l’en extraire … 



Et pour cela, nous devons accepter, quelquefois, que rien ne change, que « ça » résiste … tout en accueillant toutes les ouvertures fragiles qui ponctuent les séances ….

 

A certains moments être là, avec ce que l’on est, en silence ou nous servir de ce caisson de résonnances qui vibre tellement fort en nous et renvoyer quelque chose de nous-mêmes, au plus près du ressenti.

 

Accueillant l’autre indépendamment de nos chemins de pensée et de nos couleurs,

 

Être là, tout simplement, dans la présence

 

 

Alors quelle différence y a-t-il dans le fait d’être accompagné par un homme ou une femme ? Quand on approche le « noyau dur », ce point tellement sensible et qui fait barrage … quelle figure peut le plus nous aider à accueillir « ce qui se noue » et à franchir la limite ?

 

De quel homme ou de quelle femme avons-nous besoins pour accepter de livrer ce qui ne se dit à personne, les angoisses les plus profondes, ces peurs et ces frustrations, quelquefois originelles … ?

 

Une traversée quasiment impossible sans ancrage profond en un être dans lequel, le temps de quelques séances je place l’essentiel de ma confiance

 

Une traversée désirée en façade mais qui dit aussi, ne touchez pas à mon symptôme, ne touchez pas à ma jouissance … La conduite que j’ai aujourd’hui me va. D’une certaine façon, elle me donne satisfaction, puisque c’est celle que j’ai adoptée et que je n’ai pas remis en cause …

 

 

Qui est capable de nous confronter à cet endroit là sans perdre notre attention ? Pointant du doigt ce qui ne cesse de s’écrire, ce qui ne cesse de se répéter …

 

Le bonheur peut s’évoquer facilement mais quelquefois le sujet en est aux pulsions noires à force de se frotter à l’obscur, et quelquefois en plein désespoir.

 

Il est convaincu du bien-fondé de ce qui bute et qui exprime son évidence … « Eh oui, rien ne peut  être autrement, je fais ce que j’ai à faire », tous mes ennuis sont inéluctables … .

 

Alors se tenir là et avoir face à soi un homme ou une femme, quelle différence ?

 

Sommes-nous tellement polarisés ?

 

L’autre, l’accompagnant, ne serait-il pas juste un support projectif utilisable, quel que soit son genre d’appartenance ?

 

Oui, très certainement,

 

Dans les contes de fées …

 

 

 

 

 

 

Ces quelques lignes en écho à ma dernière séance de supervision,
Merci Mathé…

 

 

Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Accompagnement   Feminin   Masculin   Supervision   Confiance   Changement 

Commentaire(s) :

1. Par Françoise le 27/06/2011
Lu et relu... comme si tu avais écrit pour moi !!!
J'en "prends de la graine".... :-)
2. Par Wadih Choueiri le 28/06/2011
Ca me fait plaisir que ca te parle,
Que des questions, personnelles aussi ...

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.