La voie de l'imaginaire




Certaines femmes ont l’art de raconter des histoires …



Elles nous emmènent alors entre le rationnel et le sensible, évoquent des hommes et d’autres femmes, leur identité, les stéréotypes ou encore le pouvoir des cercles …
 


Elif Shafak
est une maitresse femme dans cet art.


Elle partage avec nous, à travers cet extrait, son rapport à l’imaginaire. Elif nous livre son regard sur nos cocons culturels et nous parle de ces murs qui s’érigent quelquefois comme des prisons … et cette ouverture nécessaire pour ne pas se dessécher de l’intérieur, pour ne pas se retrouver avec rien d’autre qu’une multitude d’images miroirs de nous mêmes.


Sortir de cette recherche du similaire, du communautaire, de cette parole qui circule dans cet « entre soi » qui est le propre des univers cadenassés

 

Empreinte de ses racines et ouverte au monde, elle utilise les djinns, les derviches tourneurs, pour nous accompagner à ouvrir des brèches dans nos ghettos culturels, ouvrir des voies à travers nos murs mentaux pour percevoir ne serait-ce qu’un bout de l’autre

 

Elle élabore autour de son expérience et découvre ce qu’elle a pu représenter en tant que turque et éternellement nomade, de la jeune enfant qu’elle était jusqu’à la femme d’aujourd’hui, elle nous apprend comment les autres peuvent finir par nous placer comme des « représentants », des porte-drapeaux d’une culture, d’un pays …

 

Elle différencie les écritures, celles qui érigent des frontières et celles qui ouvrent sur l’imaginaire, l’imaginaire comme pont entre les peuples pour que la littérature nous emmène plus loin, au-delà de nous-mêmes, vers l’autre … Comme dans ce soufisme qui semble lui être cher et qu’elle rappelle « la connaissance qui ne vous emmène pas au-delà de vous même est bien pire que l’ignorance ».

 

Ses mots résonnent comme un enchantement …

 

Comme vous le dites si bien, Elif ,« La fiction est de l’eau vive », alors, merci pour cette soif qui devient la nôtre… pour ces espaces insaisissables que vous décrivez, de même que cette fugacité d’où émerge le changement, la différence, le neuf …

 

Un appel pour élargir nos cœurs,

 

Tellement en lien avec cette belle pratique qui est la nôtre quand nous accompagnons une personne, riche de toutes ses différences …

 

Merci pour vos mots et pour ce que vous donnez.

 

Un joli conte à savourer en pleine période estivale … 


Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Elif Shafak   Conte   Imaginaire   Fiction   Image miroir   Cocon culturel   Djinn   Derviche tourneur   Femme   Métaphore   Empathie 

Commentaire(s) :

1. Par Eva le 06/08/2010
Je suis au jardin. L'écran sur mes genoux, et le hamac tréssé vient de m'emmener tel un tapis volant dans la salle de ton invitée. Ce que je sens ? Comme elle dit être. Un noeud à la gorge. Des larmes aux yeux. Un coeur fier. La joie. Puis la douceur, et l'envie, plus que jamais, d'écrire et d'écrire, ce que je ne suis pas, ce que je ne sais pas, ce qui m'échappe et qui m'échappera toujours devant moi...
2. Par Anna le 23/08/2010
Merci Wadih d'avoir offert un espace à Elif Shafak sur votre blog. Elle parle merveilleusement de son art,de l'imagination de la façon de les cultiver et j'ajouterais de les canaliser, comme le fait sa maman inquiète, lorsqu'elle lui offre un carnet pour noter les histoires qu'elle ne pouvait pas s'empêcher déjà d'inventer lorsqu'elle était petite fille.
3. Par Wadih le 24/08/2010

Merci Eva, merci Anna de prendre le temps de ces quelques mots…
J’ai été personnellement saisi par ce qui tourne autour de l’identité dans cet extrait.
Elif Shafak ou encore Chimamanda Adichie (billet : histoire de regard ou directement sur Ted.com) m’ont touché par cette incroyable capacité qu’elles ont de faire vivre et d’incarner ce qui ne cesse de se construire au plus près de nous-mêmes … ce rapport que l’on à soi, aux autres, au monde ...
4. Par Trèflerèle le 17/09/2010
Dans des cas comme celui là je regrette de ne pas bien maîtriser l'anglais !!!

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.