Rationnel et Irrationnel

Rationnel et Irrationnel
... Nos décisions, nous les prenons en toute connaissance de cause.  Enfin, le croit-on.



Le coach dans tout ça, il est en méta. Entendre par là, il voit ce qui se joue, il sait dire quelque chose de la parole qui circule, il capte ce qui se véhicule, pose des cadres …


 
 

Là, je parle du coach idéal, vous l’avez senti. Les coachés aussi prennent des décisions dans la plus parfaite des rationalités, bien souvent.

Et si, en étant les plus linéaires possible, coachs et coachés étaient bien des fois dépassés, avec un coup de retard ?



 ***

 

Cette petite entité industrielle a vécu une déchirure.

 

Transmise de père en fils, elle s’est spécialisée sur une expertise pointue dans le monde médical, sur les technologies des polymères.

 

L’un des dirigeants, recruté en pleine crise il y a une dizaine d’années de cela, a impacté fortement la vie de cette entreprise.

 

Il a développé son chiffre d’affaires, renouvelé la gamme de produits et les services proposés, réorganisé les forces commerciales et développé la notoriété de la marque …

 

Aujourd’hui, rien ne va plus, il a quitté le navire en « se réservant » les employés qu’il jugeait les meilleurs et s’est construit un autre navire, battant même pavillon, en laissant son ancienne embarcation aller à vau-l’eau. Un « complot » ourdi dans un « temple » dont on lui avait donné les clés.

 

C’était sans compter avec ceux qui restaient, qui avaient envie de continuer à construire, de se battre, malgré la crise, les vents adverses (quelques clients ont disparu) et une architecture, un organigramme fortement bousculés. C’était sans compter non plus avec Jacques, qui a été le porteur de témoin de cette entreprise à taille humaine tellement ancrée dans le terreau familial, et qui ne pouvait imaginer ce scénario catastrophe.

 

Le choc a été d’une violence inouïe pour cet homme dont le père avait fait les choses « dans les règles », il avait organisé "ses affaires" avant de transmettre cette « œuvre » familiale signifiante et qui représentait aussi un patrimoine dont il fallait prendre soin.

 

Cette histoire s’est déroulée il y a un an de cela et l’entreprise souffre toujours autant qu’avant, de l’intérieur.

 

Pourtant, Jacques a nommé un nouveau directeur général et une nouvelle équipe. Il a envie que « ça » bouge, que ça se construise, ça tombe sous le sens … En tout cas, à première vue. Il veut, lui aussi, pouvoir transmettre son entreprise, dans les meilleures conditions, quand le jour sera venu. Il pense être appelé à cela d’ici quelques années. Cette « déchirure » bouscule les prévisions et rigidifie sa posture. Il se sent devoir reprendre les rênes…

 

C’est étrange, la nouvelle équipe de direction ne « fonctionne » pas.

 

Rationnellement, tout est fait pour que ça avance, mais là, ce n’est pas le cas. Le comité de direction ne prend pas ses responsabilités. Les réunions deviennent très « curatives » et n’arrivent plus à prendre soin, ni de l’activité, ni des employés. Certains se demandent ce qu’ils font encore là, d’autres ont décidé de partir et l’entreprise se dépouille inexorablement de ses ressources les plus averties, les plus agissantes, aussi.

 

Et si tout n’était pas rationnel ?

 

Pour moi qui les connais depuis peu j’ai l’impression que le président répète sans cesse un scénario, sans le vouloir et très visiblement à l’opposé de ses propres intérêts …

 

Quelque chose « rumine » en lui, comme une question qui vient se loger au creux de son oreille, qu’il a du mal à entendre, mais qui ne le quitte pas …

 

Il est comme « mis en mouvement » malgré lui par une interrogation sourde …  qu’est-ce que je pourrais faire pour éviter que quelqu’un me trahisse, à nouveau ?

 

L’une des solutions à cette équation est de nommer des personnes qui ne sont pas en capacité de « prendre » les postes stratégiques et de rester ainsi maitre de toutes les décisions importantes.

 

L’autre réponse possible est de choisir des managers compétents, des managers de manager performants également … Mais de leur laisser peu de chance de s’envoler, réellement.

 

Évidemment, tout ça va à l’encontre de l’entreprise, de ses objectifs, de son ambition. La rationalité est mise en défaut. C’est l’irrationnel, le sensible qui prend le relais. Quand on a mal, notre corps développe de la résistance, quelquefois à notre insu, mais toujours dans ce qu’il croit être notre intérêt.

                         

Pour que la prophétie ne s’accomplisse pas, pour ne pas être trahi à nouveau, garder la main sur la plupart des décisions … Au moins si je tombe, ça sera de ma propre démarche semble-t-il me dire, comme pour se justifier, quand j’ai abordé avec lui ce ressenti.

 

Trop de peur, une peur qui ne se dit pas.

 

C’est incroyable comment je me sens proche de Jacques. Ça fait mal quand on se blesse. Aller en confiance vers l’autre, ce n’est plus aussi facile que ça. Construire une œuvre collective, non plus. Faire rentrer quelqu’un dans sa propre maison, son intérieur, lui donner les clés, ce n’est pas rien …

 

J’ai mal aussi pour cette belle entreprise qui a besoin d’un nouveau souffle, d’une équipe qui prenne sa pleine dimension, d’une délégation des responsabilités, d’un nouveau projet.

 

C’est comme en amour, hein. On y croit quelques fois, on s’y brûle, aussi … y reviendra-t-on ?

 

Dans ce « système » entreprise particulier, la règle est la disqualification. C’est également l’une des stratégies possibles pour empêcher l’autonomie des acteurs, inconsciemment évidemment …  Dans la lignée de toutes les mythologies qui évoquent l’enfant, le vôtre, celui qui a potentiellement la possibilité de devenir roi à la place du roi et qui peut même finir par épouser votre femme ... frayeur absolue !

 

Dans les entreprises aussi, il y a des « couples », symboliques et fondateurs … et ces couples laissent ou non une place à leurs enfants pour que chacun prenne sa place. Ils laissent même quelquefois la place.

 

Ils leurs délèguent une charge, des devoirs aussi … et ne bafouent pas leurs tentatives pour se positionner, bien au contraire. Ils les aident, les renforcent dans leurs décisions.

 

Trop de « parité » en entreprise et une possibilité laissée ouverte à tous les salariés de communiquer quand ils le veulent, comme ils le veulent et à tous les niveaux ;

Un reporting étouffant et omniprésent ;

Une présence permanente de toute la « chaine hiérarchique » et à tous les niveaux, qu’il s’agisse de commerce ou de production …

 

... Tue, dans l’œuf, la capacité de positionnement des managers qui finissent par se demander pourquoi ils ont été nommés là …

 

Une prise de pouvoir totale plane et pèse au-dessus de nos têtes, dès lors que l’on donne accès à cette puissance intérieure, déjà présente au sein même des équipes et qui ne demande qu’à être actualisée par ceux là même qui ont été nommés pour prendre des responsabilités.

 

Or, ces personnes, elles sont avant tout présentes pour accompagner l’entreprise dans sa croissance … non pas pour opérer un coup d’État.

 

Eh oui, nous portons quelquefois en notre sein, le fruit de notre désespoir. Ce fruit peut également être le plus beau des accomplissements, mais on ne le sait qu’à la fin, après avoir tenté, pris le risque d’échouer et celui de réussir …

 

Et si on ne souhaite pas se mettre en risque, il ne nous reste plus qu’à soutenir à bout de bras, tel Atlas, la voûte du ciel au dessus de la Terre, pour empêcher Ciel et Terre de ne former qu’un et de féconder tous les possibles …

 

***

 

Et moi dans tout ça ? Intégré dans le système, sans le comprendre sur le moment.

 

Heureusement que la supervision est là pour aider à « détricoter » et ouvrir sur des alternatives.

 

J’y ai été aussi, de mes disqualifications, ça s’appelle le reflet, le mauvais reflet, quand on est pris par le système plutôt que de réussir à s’en extraire pour faire quelque chose de cette entité vivante qui se vit devant nous …

 

Mais la voie est ouverte, n’est-ce pas … la voie à une progression, jamais certaine …
 

Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Accompagnement   Blessure   Intime   Transmission   Rationnel   Irrationnel   Faire grandir   Entreprise Familiale   Intégration   Potentiels   Scénario 

Commentaire(s) :

1. Par Eva le 17/12/2010
Pourquoi chercher à "le comprendre" alors que l'irrationnel le dévore ? Avec quel irrationnel de ton cru pourrais-tu rajouter de l'huile sur le feu et que quelqu'un réagisse ou tout brûle à jamais ? Comme peut-être ils le désirent au fond d'eux...
2. Par Corine le 18/12/2010
l'irrationnel :inaccessible, ou contraire , à la raison ... Le Dalai lama nous a toujours mis en garde : Arrêtez de raisonner, (un sport de haute voltige pour les occidentaux) cela vous donnera plus de luminosité.
La compréhension intérieure fait des miracles.
C'est pas rien d'arrêter de raisonner ... Je vous raconterai comment je m'extrais de la rationalité pour avoir la vision de l'aigle ...
3. Par wadih le 19/12/2010

@Eva : Oui, Eva, tu as raison, c’est pas facile de savoir à quel moment et jusqu’à quel point laisser le système s’auto-réguler et lui permettre d’aller à ce vers quoi il tend. En même temps, sur chacune de nos missions, nous sommes appelés pour intervenir et rémunérés pour cela et cette demande qui émerge parle aussi du système, elle révèle quelque chose d’une volonté de ne pas faire « un peu plus de la même chose » mais d’ouvrir d’autres champs du possible.

@Corine : Merci pour cette référence. Le Dalaï-Lama, comme vous le dites, appelle à l’intime, sans contraindre. Le bouddhisme, en lui-même, appelle à l’arrêt de la pensée pour entrer dans cette proximité à soi. Il y a une très belle métaphore de cela dans ce que les Tibétains appellent la roue de la vie. Ils représentent les pensées par un singe, dans une maison - qui donne accès à l’extérieur à travers cinq fenêtres - vide.
4. Par Corine le 21/12/2010
Les Amérindiens ont leur roue de la Medecine, les Tibétains leur roue de la vie ... Toutes ces roues, cela peut faire un joli véhicule ...

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.