Traces de soi

Identité Créatrice -Traces de soiIl y a Christian, ses bagages, un champ incroyable d’expériences et de compétences et il y a son envie, être coach.

Jeune, il avait été accompagné à plusieurs reprises par des plus « sachants », des plus « avancés ».

Ici, une personne l'avait aidé à passer un examen difficile. Là, il avait réussi à surmonter une crise personnelle profonde.

Aujourd’hui, il veut être celui qui accompagne. Il a suivi une formation et quelques séances s’ouvrent à lui et le bousculent …


 

Je le connais depuis quelques semaines et comme un rituel qui s’est tissé dans ces séances de supervision, Christian revient sur plusieurs « figures fondatrices » qui sont les siennes. Elles appartiennent à son passé.
 

Je l’interroge sur cette irruption récurrente des « fondateurs » entre nous en séance. Je l’interroge aussi sur ce qui ne cesse de s’écrire dans cet espace de coaching et il reste muet. Mon intervention est très certainement arrivée trop rapidement ou bien trop tard, à moins qu’il ne s’agisse pas de cela …


Après un silence, il prend la main : « Et toi Wadih, comment en es-tu arrivé là ? Qui t‘a influencé … ? »

Wadih : « Ma réponse t’apporterait quelque chose ? »

Christian : « J’essaye simplement de comprendre ce qui se passe pour moi en ce moment. Je me sens fatigué, à bout de souffle, incapable de mener mes missions… Coacher, diriger cette entreprise naissante, gérer ce que ça fait bouger au niveau familial »

Wadih : « Tu me parles de certains « passeurs » qui t’ont été « favorables » depuis ton enfance … Si nous avions aujourd’hui la possibilité d’invoquer celui qui t’a le plus marqué, à qui penserais-tu … ? »

Christian : « J’imagine que ce serait mon oncle, que j’ai côtoyé dans ma plus tendre enfance »

Wadih : « Tu peux m’en dire plus … Quelque chose qui parle de ses valeurs, de sa différence, de ses réalisations … »

Christian : « C’était un homme généreux qui a pris de très belles responsabilités. Il était connu pour ses engagements et n’a jamais hésité à s’impliquer et à défendre son opinion quitte à rentrer en conflit ouvert. On dit de lui que c’était un excellent mari et un très bon papa. Tu vois, il était pas mal non plus en tant qu’oncle. Ce qui m’a touché personnellement aussi c’est son enthousiasme, sa joie de vivre et … son penchant pour les bonnes choses … On a eu l’occasion de passer de belles soirées ensemble, assez silencieuses en fait, mais pleines d’un beau silence. À cette époque il était plus âgé. Le hasard a fait que nous habitions le même immeuble et je montais souvent le voir, quand il était seul. »

Wadih : « Imaginons qu’en nous quittant, et sur ton chemin de retour, tu le croises, dans une rue silencieuse et que vous vous dirigiez, lentement, vers le jardin qui fait l’angle. Là, assis tous les deux, il sort de sa réserve pour te parler …

Repense à tout ce qu’il a représenté pour toi et pour les autres, à son enthousiasme et à ses engagements, à tous ses engagements,

Repense aussi à ta situation d’aujourd’hui, à cette fatigue dont tu me parles …

Qu’a-t-il envie de te dire … ? » 

Christian, après un long silence : « Je crois qu’il me pousserait à ne pas m’oublier. C’est étrange que ça sorte comme ça … mais lui aussi a été très « attendu » sur certaines situations difficiles, il sait ce que c’est … »

Wadih : « ça serait quoi ne pas s’oublier ? »

Christian : « C’est faire un effort permanent pour rester conscient de ce que je donne, de ce que je peux donner et aussi de la demande de tous les autres… et de réussir à accepter, quelquefois, de ne pas y répondre. »

Wadih : « Si l’on oublie cet oncle bienveillant quelques instants et que l’on revient sur Christian … avec tout ce qui le constitue, tout ce qui le rend unique, que pourrait-il décider pour lui-même, là, maintenant, pour faire un pas dans ce sens … ? »

Christian : « Ça serait, à l’image des coachings que j’ai commencés et où je remarque, chez mes coachés, cette tendance à trop en faire … Cette tendance que je travaille avec eux, y penser aussi pour moi. Peut-être que dans mon entourage, celui qui a le plus besoin de mon aide, en tout cas aujourd’hui, c’est moi … »

Wadih : « Ah … mais dis-moi, concrètement, qu’est-ce qui pourrait changer, que ferais-tu différemment … ? »

Christian : « hum … J’ai du mal à voir … Certainement passer plus de temps à élaborer pour moi, me créer des lieux de ressourcement, prendre le temps qui va bien … »

Wadih : « Alors, dis-moi autre chose … Quelles merveilleuses qualités te permettraient … dès demain … de te remettre dans ce cycle, c'est-à-dire de donner sans compter, sans prendre en compte tes besoins … ? »

Christian : «  je risque de recommencer si je vois quelqu’un de vraiment en difficulté … »

Wadih : «  En difficulté comment ? »

Christian : « En plus grande difficulté que moi … »

Wadih : « D’autres aptitudes personnelles inexploitées et qui te permettraient de donner plus que ce que tu voulais concéder, au départ … ? »

 

 

La séance s’est poursuivie et a été l’occasion pour Christian de continuer à explorer tous ces absents qui comptent tellement, et qui sont agissants, au fil même de nos silences …
 

Ces personnages qui nous ont tellement marqués que notre désir mimétique les a fait devenir imprenables, absolus. Il les a transformés en ces légendes immortelles impossibles à égaler …  


Il me semble aussi utile de rendre humaines ces idoles que de rechercher en soi ce qui parle exclusivement de notre histoire, ce qui nous fait différents.


Ce jour-là, Christian s’est également rendu compte, non sans émotion, qu’il était celui qui avait été choisi par sa famille pour entendre la parole de tous les autres.


Certains héritages sont lourds à porter, d’autres sont fabuleux, le tout est d’aller à la rencontre du sien en y mettant du sens et de la signification à la lumière de notre histoire de vie débutante pour savoir un peu plus où on en est, où l’on a envie d’aller et comment on va le faire.

 

Partager : Linkedin  Linkedin 

Wikio
Tags Tags :  Supervision   Partage   Mentor   Tuteur   Coach   Intime   Transmission   Soi   Histoire   Miroir 

Commentaire(s) :

1. Par Eva le 10/09/2010
s'oublier, trop en faire, ses besoins... voici ce qui reste au creux de mon oreille en dépôt. Tirer la chasse c'est ce que les adultes en font. Modeler ses premières oeuvres c'est ce que fait l'enfant, créatif encore débridé, spontanément...
2. Par Ingrid le 24/10/2011
Etre celui(celle dans mon cas) qui avait été choisi par sa famille pour entendre la parole de tous les autres. Cela me touche droit au coeur. Une vérité qui me concerne aussi. Un héritage lourde. Certes. Mais aussi une source inépuisable pour te guider sur le chemin à cheminer. Pourtant ce chemin est long dans mon cas. Ce sont les autres qui me choississent en tant que 'oreille'/ coach. Je voudrais tant que ce soit mon métier. Si seulement je me le permettrais...
Tellement touchant cette conversation!
Merci Wadih pour aborder ce thème.

Réagir, ajouter un commentaire :

Après validation ... laissez nous un peu de temps pour afficher votre commentaire.

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous etes responsable du contenu que vous publiez.